Logo Cidihca

CIDIHCA - Centre International de Documentation et d'Information Haitienne, Caribéenne et Afro-Canadienne

Michaëlle Jean

Michaëlle Jean est née à Port-au-Prince, Haïti, en 1957. Chassée de son pays avec sa famille, elle arrive au Canada en 1968 et grandit à Thetford Mines au Québec.Quelques temps après, le mariage de ses parents se désintègre, et elle déménage à Montréal avec sa mère et sa sœur. Elle y vit dans un logement situé dans le sous-sol d'un immeuble pendant que sa mère subvient à leurs besoins en travaillant à divers emplois dans des usines et des hôpitaux.

Elle mène brillamment des études en langues et lettres qui la conduisent jusqu'à une maîtrise en littérature comparée de l'Université de Montréal et à un perfectionnement dans des universités Italiennes. Elle parle couramment le français, l'anglais, l'italien l'espagnol et le créole.

La répression qu'a connue sa famille l'a rendue particulièrement sensible à la souffrance des femmes et des enfants en situation de crise. Tout en poursuivant ses études, elle œuvre auprès de maisons d'hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale au Québec et a ainsi accueilli, soutenu et accompagné des centaines de femmes et d'enfants. Pour eux, elle a oeuvré à la création d'un réseau de refuges d'urgence pour le Québec et ailleurs au Canada. Dans ce même contexte, elle a coordonné un gigantesque travail de recherche qui a donné la première enquête en Amérique du Nord portant sur les agressions à caractère sexuel qu'ont signalées des femmes violentées par leur conjoint. L'étude publiée sous le titre " La sexualité blessée " a été citée lors d'un débat à l'Assemblée nationale en juin 1987.

Immigrante elle-même, sa contribution à l'encadrement de familles nouvellement arrivées au Canada, a été significative. Elle s'est aussi beaucoup intéressée aux communautés culturelles en général.

C'est sans doute son implication sociale qui l'a conduite au journalisme, abandonnant ainsi une carrière débutée dans l'enseignement. Elle fait ses débuts à Radio Canada en 1988 et s'intéressera à l'information et aux affaires publiques pendant les 18 prochaines années. Sa carrière:

  • 1988. reporteur, animatrice à Actuel, Montréal ce soir, Virage et Le Point
  • 1991, co-présentatrice avec Gérard Pelletier, puis Jacques Languirand, de l'émission Virages sur l'évolution des valeurs et le choc des générations dans la société québécoise.
  • 1995, chef d'antenne de plusieurs émissions du réseau d'informations nationales et internationales de Radio Canada (RDI)
  • 1999, présentatrice et animatrice de Passionate Eye et Rough Cuts du réseau anglais (CBC)
  • 2001, animatrice du Téléjournal week-end
  • 2003, animatrice de Téléjournal quotidien : Le Midi
  • 2004, animatrice de sa propre émission : Michaëlle, sur deux chaînes de la télévision publique francophone

Quelques dossiers traités par Michaëlle Jean qui montrent la diversité des champs couvert par la journaliste:

  • - La moitié du monde, 15 émissions d'une heure autour des grands thèmes débattus à la Conférence de l'ONU sur les femmes à Pékin (Prix média d'Amnistie Internationale 1995);
  • - Le Pape en France, 4 jours de débat sur l'Église et la laïcité;
  • - L'enfance volée, sur la pédophilie, ses manifestations et les mesures prises au Québec pour contrer ces agressions;
  • - Le Sommet de la Francophonie à Hanoï, 3 émissions d'une heure;
  • - La rétrocession de Hong Kong à la Chine, 5 émissions et en tout plus de 9 heures d'antenne en direct qui ont amené au Réseau de l'information un record en cotes d'écoute;
  • - Le Pape à Cuba, une série de 7 émissions dont 3 en direct sur l'événement;
  • - Une révolution à finir, à l'occasion des 40 ans de la révolution cubaine.

Michaëlle Jean n'oublie pas son pays d'origine. En 1986, à la chute du régime Duvalier qui l'avait exilée, elle part faire une série des reportages pour magazine québécois Parole Métèque. A coté de l'évènement politique, elle présente des portraits de femmes haïtiennes de différentes conditions sociales et de différents milieux. L'année d'après, avec le cinéaste Tahani Rached, elle réalise une co-production de l'Office national du film du Canada et de Le Point de Radio Canada : Haïti, nous sommes là, Ayiti nou la. C'est l'époque des premières élections libres dans le pays, élections qui se soldent par un massacre. Victime d'attaques par des miliciens, l'équipe de tournage doit être rapatriée d'urgence. Des extraits du film peuvent être vus sur le site de l'ONF http://www.onf.ca/collection/films/fiche/?id=4193

Michaëlle Jean participe par la suite à plusieurs films documentaires primés nationalement et internationalement, et que réalise, dans les années 1990, son mari Jean-Daniel Lafond : La manière nègre ou Aimé Césaire chemin faisant, Tropique Nord, Haïti dans tous nos rêves, L'heure de Cuba.

Quelques prix décernés à Michaëlle Jean:
  • - le Prix-Média 1989 de la Ligue des Droits de la Personne du Canada pour le reportage La Pasionaria, ou le combat d'une immigrante au Québec;
  • - le Prix Mireille-Lanctôt pour le reportage Partir à zéro sur la violence conjugale;
  • - le Prix Anik du meilleur reportage d'information au Canada pour son enquête sur le pouvoir de l'argent dans la société haïtienne;
  • - le premier Prix de journalisme d'Amnesty International - Canada;
  • - le Prix Galaxi Programmation du meilleur animateur d'émission d'information;
  • - le Gémeaux 2001, pour la meilleure entrevue toutes catégories;
  • - le Prix Raymond Charrette du Conseil de la Langue française du Québec.
Michaëlle Jean est:
  • - membre de l'Ordre des Chevaliers de La Pléiade par l'Assemblée internationale des parlementaires de langue française,
  • - Citoyenne d'honneur par la Ville de Montréal et le ministère québécois de l'Immigration et des relations avec les citoyens du Québec pour ses réalisations dans le domaine des communications.

Michaelle Jean was born in Port-au-Prince, Haïti, in 1957. Forced to leave her country with her family she settled in Canada en 1968 and grew up in Thetford Mines in Québec. Sometimes after, her parent’s marriage failed and she moved to Montreal with her mother and sister. She lived in the basement of a building while her mother worked at various jobs in factories and hospitals.

Being a brilliant student in languages and literature, she was able further her studies to get a masters degree in comparative literature from the University of Montreal and improve her language skills in various Italian universities. She is fluent in French, English, Italian, Spanish and Creole.

The difficult times her family lived through have made her sensitive to the suffering of women and children in critical situations. While studying, she made time to volunteer in institutions that take in women and children victims of violence in the home and take them safely through a transition. She has thus welcomed, encouraged and accompanied hundreds of women and children. With them in mind, she has created a number of emergency shelters throughout Quebec and Canada. Also, she has coordinated a research project that led to the first poll in North America to collect information on sexual aggressions by their partners. The studies that resulted was published under the title “La sexualité bléssée” and was praised by at the National Assembly in June of 1987.

Being an immigrant, her contribution to the assistance given to newly arriving families was considerable. She has further shown interest in cultural communities in general..

It’s probably her involvement in social causes that has led her to choose journalism over a career as a teacher. She started working for Radio Canada in 1988 and dealt with information ad public affairs for the next 18 years. Her career

  • 1988. reporter, anchor person à Actuel, Montréal ce soir, Virage et Le Point
  • 1991, co-anchor with Gérard Pelletier, then with Jacques Languirand, at « Virages sur l'évolution des valeurs et le choc des générations dans la société québécoise ».
  • 1995, chief anchor for several broadcasts on the national and international information network of Radio Canada (RDI)
  • 1999, host of Passionate Eye et Rough Cuts on the english network (CBC)
  • 2001, anchor women at the Week-end Téléjournal
  • 2003, anchor women at the daily Téléjournal: Le Midi
  • 2004, host of her own show : Michaelle, on both networks on French public television

Hera are some of the topics Michaëlle Jean has dealt with and taht show the dicversity of the field she covered as a journalist:

  • - La moitié du monde, 15 one hour programs dealing with issues discussed at the UN conference on women held in Pekin. (For that she won the media prize by Amnisty International in 1995);
  • - The Pope in France, 4 days of debates on the Church and secularism;
  • - Stolen childhood, a documentary on child sexual abuse its manifestations and measures taken in Quebec to deal with this type of aggressions;
  • - The Francophone Summit in Hanoi, 3 one hour programs;
  • - Retrocession of Hong Kong to Chine, 5 broadcasts for a total of more than 9 hours of live broadcast that have given to the Information Network a record audience;
  • - The Pope in Cuba, a series of 7 broadcasts (3 live) covering the event;
  • - A revolution to end, celebrating the 40th anniversary of the Cuban revolution.

Michaelle Jean has not forgotten her country of birth. In 1986, at the fall of the Duvalier regime that had led her to exile, she has done a series of reports for the Quebec magazine “Parole Méthèque”. But besides the political situation she presented portraits of Haitian women from different social classes and conditions. The following year, with film maker Tahani Rached, she did a co-production titled “Haiti we are there: Ayti nou la” for the The National Office of Film of Canada and Le Point magazine of Radio Canada. It was the time that first free elections were held in the country, electiolns that led to a massacre. Falling victim to people of the militia, the film crew had to be urgently sent back home. Exerps from the film can be seen on the site of the ONF at http://www.onf.ca/collection/films/fiche/?id=4193

Michaelle Jean later participated in the making of several films that have gotten international and national awards and that were produced by her husband Jean-Daniel Lafond in the 1090’s : La manière nègre ou Aimé Césaire chemin faisant, Tropique Nord, Haïti dans tous nos rêves, L'heure de Cuba.

Michaëlle Jean has received several awards :
  • - le Prix-Média, 1989 by the Human rights League of Canada for her piece : La Pasionaria, ou le combat d'une immigrante au Québec;
  • - le Prix Mireille-Lanctôt for her piece : Partir à zéro on home violence;
  • - le Prix Anik of the best information coverage in Canada for her investigation on the power of money in the Haitian;
  • - First Prize in journalism by Amnesty International - Canada;
  • - le Prix Galaxi Programmation for the best anchor person on an information program;
  • - the Gémeaux 2001, for the best interview in all categories;
  • - le Prix Raymond Charrette du Conseil de la Langue française du Québec.
Michaëlle Jean is
  • - Member of the Ordre des Chevaliers de La Pléiade par l'Assemblée internationale des parlementaires de langue française,
  • - Honorary citizen of the city of Montréal with a distinction by the Provincial Ministry for Immigration and relations with the citizen for her work in the field of communications.
page accueil/home

haut de page / top of page